top of page

Un jour ordinaire d'aéroport

Le nez collé à la vitrine

Il regarde les avions voler

Son inquiétude se devine

Sous les vapeurs de son café

Il vérifie l’heure de sa montre

Tourne la tête vers l’entrée

Va-t-elle venir à sa rencontre ?

Il ne cesse de se demander


Un jour ordinaire d’aéroport…


Les portes s’ouvrent et se referment

Sur des voyageurs inconnus

Ces belles révérences renferment

Espoir et doutes en continu


C’est un jour ordinaire d’aéroport

Un jour banal

Ca pourrait être davantage encore

Un beau final


Il contemple sa tasse vide

S’empare de sucres emballés

Les fait rouler un peu livide

Les jettent comme on lance des dés

Espérant calmer son angoisse

Il sourit devant ces images

Et cherche dans l’harmonie des faces

Les prédictions de ce voyage


Un jour ordinaire d’aéroport…


Puis c’est une voix monocorde

Qui à la raison le ramène

L’espace se noircit d’une horde

De passagers qui se démènent


C’est un jour ordinaire d’aéroport

Un jour banal

Ca pourrait être davantage encore

Un beau final


La file d’attente a disparu

L’hôtesse consulte son cahier

Il se lève un peu abattu

Sur le comptoir pose son billet

Il se retourne une dernière fois

En direction du hall d’entrée

Parcourt l’espace mais ne voit

Toujours pas celle qu’il attendait


Un jour ordinaire d’aéroport…


Quand soudain son regard se fige

Sur l’énorme façade vitrée

Il l’aperçoit, sourire oblige

Devant les portes transpercées

C’est un jour ordinaire d’aéroport

Un jour banal

C’est devenu bien davantage encore

Un beau final


Lucie Lith, 2004


Photo de Marco López sur Unsplash

5 vues

Posts similaires

Voir tout
bottom of page