top of page

Le bazar

Je fais la moue, ma tête est pleine

Il est des jours où tout s’emmêle

Quand seule l’écriture me mène

Dénoue mes pensées, les démêle


C’est le bazar

Un véritable tintamarre

Un bric-à-brac

Un immense fourbi dans ce sac


Je songe à toi qui m’aimais tant

Qu’il ne faudrait pas oublier

De passer chercher mes vêtements

Le pressing va bientôt fermer

Je passe d’une idée à ma peine

Dans ce souk je fais mon marché

Je récupère tout ce qui traîne

Pour au final ne rien garder


C’est le bazar

Un véritable tintamarre

Un bric-à-brac

Un immense fourbi dans ce sac

C’est la panique

Ma mère dirait que c’est le cirque

Du grand désordre

Qu’il faut remettre tout en ordre

Tout me rattrape et je me noie

Dans mon bain qui a débordé

J’ai oublié, tu n’es plus là

Que l’eau ne cessait de monter

Je perds la tête, elle est trop lourde

Je voudrais pouvoir la poser

Vider ce bruit, devenir sourde

Et simplement ne plus penser


C’est le bazar

Un véritable tintamarre

Un bric-à-brac

Un immense fourbi dans ce sac

C’est la panique

Je suis épuisée de ce cirque

J’aimerais bien

Que tout s’efface demain matin


Lucie Lith, 2002


Posts similaires

Voir tout
bottom of page