top of page

Les jours de pluie

Lorsque le temps se gâte et annonce l’orage

Lorsque l’humeur n’est pas aux saisons sans nuages

Je remonte mon col

Et observe le sol

Je modère mes sorties

Et recherche un abri


Les jours de pluie

Lorsque les gouttes inondent les contours de mon monde


Le soleil insolent dresse son bouclier

Mon sourire s’efface derrière la morosité

J’accélère mes pas

Et réfugie en moi

Les pensées qui menacent

Et toute mon angoisse

Les jours de pluie

Lorsque les gouttes inondent les contours de mon monde


Les jours de pluie

Ceux qui laissent couler les gouttes sur mes joues

Ceux qui ne laissent entrevoir qu’un ciel ombragé

Quand le torrent dévale en dévastant mon tout

Que le chagrin m’emballe dans sa course effrénée


J’ignore ce qui m’entoure et le flou m’envahit

Je tâte le terrain en cherchant un appui

Je m’isole sans bruit

Et descend dans la nuit

Espérant y trouver

La lumière du passé


Les jours de pluie

Je m’abrite du monde et les larmes m’inondent


Les jours de pluie

Ceux qui laissent couler les gouttes sur mes joues

Ceux qui ne laissent entrevoir qu’un ciel ombragé

Quand le torrent dévale en dévastant mon tout

Que le chagrin m’emballe dans sa course effrénée


Il faut que passe mon orage

Que se dissipent mes nuages


Lucie Lith, 2002


Image par Pexels de Pixabay

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page